Une équipe

Différents mais réunis autour de la passion du pigeon voyageur. Avec leurs parcours professionnels et familiaux, ils ont décidé de former une équipe pour animer, ces quatre prochaines années, la fédération colombophile française.

Benoît Cailliez

Âgé de 46 ans, Benoît Cailliez est colombophile depuis 1995. C'est une longue tradition familiale qui prend racine dans les années… 1910. 

Diplômé de l’université de droit de Lille et de l’école supérieure de journalisme (ESJ), Benoît Cailliez est président du groupement colombophile de Saint-Omer (Pas-de-Calais) depuis huit ans et adhère à L’éclair de Fauquembergues.

Dans la vie professionnelle, il est éditeur de plusieurs sociétés de presse régionale et spécialisée (habitat, randonnée, tourisme, annonces légales et judiciaires et La France colombophile pour les pigeons voyageurs).

René Bonnin

Âgé de 67 ans, René Bonnin a effectué la majeure partie de sa carrière professionnelle à EDF, en tant que monteur électricien. La colombophilie, on peut dire qu'il est tombé dedans dès son plus jeune âge puisque son père, son grand-père, ses oncles étaient colombophiles en région parisienne. Deux de ses frères sont également colombophiles.

"J'ai longtemps joué en tandem avec mon père en Ile-de-France à la société Pax Robur de Gennevilliers que mon grand père avait créé et dont j'ai été l'avant dernier président", confie René Bonnin : "après une mutation professionnelle, je me suis installé dans l'Aisne, en Thiérache, inscrit à la société de Vervins dont  j'ai été le trésorier pendant 8 ans." Dans cette partie de la Picardie, René Bonnin a aussi été 8 ans président de l'amicale colombophile de Thiérache (entente de 8 sociétés), vice-président du groupement de l'Aisne pendant 4 ans puis président de la commission sportive pendant 8 ans. Passionné par les concours internationaux, René Bonnin a également été président du club des internationaux de Maubeuge et président du Club des internationaux français pendant 5 ans.

Désormais installé en Seine-Maritime, René Bonnin joue à la société de Forges-les-Eaux et dans le groupement de l'Oise, en deuxième région.
Sa motivation pour ces élections ? "Aujourd'hui, si je souhaite me présenter à l'élection nationale dans la liste conduite par Benoît Cailliez, c'est parce je pense qu'il est grand temps de réformer la colombophilie française, de la rendre plus attractive pour les jeunes. Il nous faut également réformer en profondeur nos règlements et statuts pour fonctionner de façon plus souple et reconnaître les grandes associations (Calc, VCDA, CIF, etc) qui font beaucoup pour la colombophilie, aider plus les one lofts qui sont des outils de promotion de notre sport colombophile. Beaucoup de choses sont à revoir, le chantier est vaste, mais je serai heureux d'y participer et faire profiter de mon expérience."


Bernard Neuviale

Bernard Neuviale est né le 12 mai 1953. Il est marié et père de trois enfants. "J’ai été élevé par mes grands-parents, agriculteurs à Monchy-au-Bois dans le Pas-de-Calais, confie-t-il. Puis à l’âge de 7 ans, j’ai rejoint mes parents à Clamart en région parisienne. A chaque congé scolaire, je prenais le train pour Monchy pour retrouver mes racines et mes pigeons, jusqu’à mes 18 ans. A 10 ans, j’ai créé un pigeonnier dans les combles d’une annexe, ma grand-mère et ma tante préférée s’occupaient de mes pigeons et m’adressaient au moins une lettre par semaine pour me tenir informé des événements les concernant. Mon cousin André Demailly de Foncquevillers (62) est la personne qui a développé ma passion pour les pigeons voyageurs. Il jouait brillamment le grand fond (Barcelone notamment), et avait eu la bague en or avec un de ses pigeons. Je nettoyais et j’avais le plaisir d’attendre et de constater ses pigeons."

Après des études universitaires en marketing et finances, Bernard Neuviale a travaillé chez Publicis, notamment à la promotion du centre commercial Vélizy 2 avant de rejoindre Renault pour 38 riches années entre la recherche, l’usine de Billancourt sur l’Ile Séguin où il était chef du personnel. Il sera ensuite chef des ventes à Lille, directeur à Dunkerque, puis à Nancy avant un départ pour l’Iran comme directeur commercial et finalement la Bulgarie comme patron de Renault, Dacia, Nissan.
Bernard Neuviale a joué au club de Boulogne-Billancourt en 21e région de 1980 à 1990. Il a repris la colombophilie en 2004, à Téhéran en Iran où il est resté 5 ans. Nommé à Sofia en Bulgarie, il a  participé aux joutes colombophiles des Bulgares pendant plus de 4 ans. Revenu en France, il est aujourd'hui installé à Saint-Pol-de Léon (29) en Bretagne, dans le pays de son épouse. "J’ai redémarré la colombophilie en 2018, grâce aux colombophiles du Messager Léonard qui m’ont donné des pigeonneaux." Il est actuellement vice-président de la société Le Messager Léonard (Baie de Morlaix), et président de la commission sportive du groupement du Finistère depuis 2 ans. Ses autres passions sont la chasse, la voile, une activité bénévole judiciaire. "Je suis heureux de faire partie d’une équipe investie, compétente, dynamique qui pense et développe des actions en direction des colombophiles, pour le plus grand nombre." 

Marc Spalart

Ingénieur des travaux agricoles, spécialisé en reproduction équine, Marc Spalart est licencié depuis  30 ans en 3e région (Normandie) après avoir été dix années en 21e région (Ile-de-France).

Spécialisé dans les concours de fond d’un jour, Marc Spalart est l'organisateur du Trophée 2000, la première « One Loft Race » française.  Vainqueur du Montauban semi-national 2019 et 1er As Pigeon Fond français en 2019 avec « Iron Man », il a également créé le site internet de la fédération régionale  normande, avec gestion des annonces et animation des ventes aux enchères.

Ses motivations pour intégrer l'équipe fcf2022 : 

  • Moderniser la fédération colombophile française en impliquant tous les licenciés dans les décisions et les élections
  • Conduire une réflexion sur son siège pour le rendre fonctionnel et attractif
  • Former son personnel à la promotion, la communication et à l’utilisation de bases de données
  • Rénover complètement son système informatique afin d’optimiser les tâches du personnel
  • Permettre à tous les amateurs de participer aux semi-nationaux et aux championnats de France et        créer des rankings propres à la Fédération Française pour mettre en valeur les meilleurs « performers ».

  

Tout un programme …  

Bernard Bourgeois

 Marié et père de deux filles, Bernard Bourgeois a suivi un enseignement technique à l’IUT de Cachan. Spécialisé en électronique et après plusieurs expériences professionnelles, il intègre un laboratoire de conception spatiale dans l’entreprise MATRA devenue EADS, connue aussi pour la fabrication de voitures de sport. Il a donc participé aux grands projets que furent la fusée Ariane et plusieurs satellites tels que Météosat. 

Licencié colombophile depuis 1981, il a eu très tôt la passion des pigeons voyageurs que son père avait acquis par l’intermédiaire d’un collègue colombophile. "Notre participation aux concours date de 1965 et cet engouement ne m’a jamais quitté malgré, parfois, des pertes de pigeons qui auraient pu me décourager, confie-t-il. Je me suis très tôt investi dans la vie associative puisque j’ai été président de ma société puis j’ai effectué trois mandats de président de groupement et je termine mon deuxième mandat de président de la région Ile-de-France. J’ai été aussi maintes fois secrétaire et trésorier pour assumer la responsabilité de postes restés vacants."

Âgé de 71 ans, sa détermination à redonner un élan nouveau à notre passion commune est intacte : "j’adhère complètement au projet de Benoît Cailliez présenté ces prochaines semaines. La modernisation du fonctionnement de la Fédération nationale, qui passe par un système informatique plus adapté aux tâches quotidiennes à accomplir, la formation du personnel à ces nouveaux outils, la refonte des statuts actuels et l’ouverture de la maison de la colombophilie à tous, seront les axes importants de notre projet."

Hervé Briois

Âgé de 56 ans, Hervé Briois a débuté la colombophilie en août 1984 à l'âge de 19 ans. soit plus de 37 années de colombophile. Secrétaire de la société colombophile « Les Éclaireurs » de Béthune depuis plus de 20 ans, vice-président de l’Amicale de l’Artois depuis 2018, il est ingénieur territorial.

"Je suis arrivé dans la colombophilie par ma passion des animaux mais plus particulièrement celle des oiseaux. Ce n’est pas un héritage familial, je suis le seul de ma fratrie à baigner dans notre milieu mais ma passion des animaux est venue d’elle", explique Hervé Briois : "natif et habitant à cette période à Campagne-Les-Hesdin, un secteur avec peu de colombophiles, c'est à l'âge de 19 ans que j’ai attrapé le virus. Le bac en poche, j'ai poussé mes parents pour me lancer dans les pigeons voyageurs comme récompense : drôle d’idée…"


Arrivé dans le Béthunois en 1991, cela fait déjà 37 ans d’activité de cette belle passion mais le chemin n'a pas toujours été facile pour l’exercer entre la famille et ses trois enfants, la vie professionnelle, trois déménagements avec à chaque fois l’adduction des voiliers… "Comme nous tous, j’ai vécu des hauts mais surtout des bas mais je n’ai jamais lâché ! Justement, dans les moments difficiles de la vie, ma meilleure thérapie a été mes protégés. Ma devise est de toujours rester positif, se convaincre qu’à chaque problème, il existe sa solution… Il faut que nous nous disions que comme dans tous les domaines, nous sommes tous acteurs : soyons solidaires les uns des autres, mettons nos forces en commun, croyons en un avenir pour notre colombophilie…"

Thibaut Enguerand

Âgé de 43 ans, Thibaut Enguerand est kiné. "J'ai été colombophile quelques années dans le Nord, près de Caudry, pendant l'adolescence. La vie m'a amené dans la campagne de Lyon, où j'ai découvert une colombophilie plus légère, adaptée aux moyens et à l'envie sur place. Je suis remonté dans le Pas-de-Calais, après trois années de pratique en 14e région, Barcelone étant un rêve de gamin, toutes les distances me procurent du plaisir." 

Pourquoi s'engager ? "J'ai été étonné de savoir qu'il y avait 40.000 adhérents au Royaume-Uni, et triste de comparer qu'à population égale, nous en avions quatre fois moins. L'équipe en place a certainement fait un travail novateur à son arrivée, mais je suis persuadé qu'un changement, une vision nouvelle sont nécessaires après ce long règne, pour bousculer notre colombophilie protocolaire, et lui permettre de muer vers une passion plus moderne, avec une communication dans l'air du temps. Faire mieux, aux yeux de tous n'est pas une certitude, mais tout donner pour y arriver en est une."

Pour Thibaut Enguerand, il est un constat : "Les Anglais, les Belges, les Hollandais, les Portugais, les Roumains, les Polonais arrivent à avoir une colombophilie dynamique, et jouent beaucoup plus de pigeons que nous. Pourquoi l'un des berceaux de la colombophilie n'arriverait pas à remonter la pente ?"

Thibaut Enguerand est enfin sensible à "un problème à venir : le respect de la condition animale. Nous avons le devoir de l'anticiper pour le bien-être de nos protégés et continuer à jouer nos pigeons". 

Thierry Bazire

Âgé de 37 ans, Thierry Bazire est de Boulleville (Normandie, Eure). Colombophile licencié depuis 2003, Thierry Bazire était à une précédente domiciliation secrétaire à la société du Havre Rouelles pendant 4 ans et trésorier lors de sa dernière année dans cette société avant son déménagement à l’adresse actuelle en 2010. 

Depuis 2014, il préside la région normande (3e région ) à partir de 2014 jusqu’à ce jour. C’est donc son deuxième mandat en cours qui se terminera fin d’année 2021 (8 ans président de région au total).
Côté professionnel, il est employé dans une entreprise pétro-chimique qui fabrique des additifs d’huile moteur depuis 15 ans. 

Yves Marula

Âgé de 60 ans et habitant au Nord de Nancy, en région Grand Est,  Yves Marula a pris sa première licence en 1988. Il adhère à l'association "les Amis Réunis de Bouvron". "J'aimerais jouer davantage de concours de grand fond, mais ma situation géographique ne me le permet pas, il manque souvent une poignée de kilomètres pour être dans le rayon", confie-t-il : "au-delà des concours, ma grande satisfaction est d'accueillir de nouveaux adhérents au sein de notre société dont je suis président."

Yves Marula collabore au journal colombophile La Colombophilie Belge : "c'est toujours avec un réel plaisir que je rencontre des amateurs passionnés afin de relater leurs exploits dans les colonnes de notre journal."

Stéphane Deschutter

Âgé de 40 ans en couple et père de 2 filles, Stéphane Deschutter vient d'une famille de colombophiles sur plusieurs générations.

Après avoir pratiqué la colombophilie avec son père dans les années 90, Stéphane Deschutter (à gauche sur la photo) a connu une pause avec ses études et pour sa stabilisation professionnelle. Infirmier depuis 2002, il s'est "exilé" jusqu'en 2008 en région parisienne pour travailler en réanimation chirurgie cardiovasculaire au sein de l'hôpital Georges-Pompidou. En 2010, Stéphane Deschutter est de retour dans le Nord-Pas-de-Calais à Berck pour débuter un cycle de 2 ans de spécialisation  

en anesthésie, à la faculté d'Amiens. Il est diplômé infirmier anesthésiste depuis 2012 et exerce au sein du centre hospitalier de Boulogne-sur-Mer au bloc opératoire et en Samu/Smur.

En 2017, Stéphane Deschutter a posé ses valises du côté de Rinxent où il a repris la colombophilie à la société locale "La revanche des bisets". Affectionnant les longues distances, il s'essaie aux internationaux en espérant y faire sa place... Motivé par le projet  défendu par cette équipe, "j'espère prendre une part active dans le renouveau de la colombophilie", conclut-il.

Fabrice Amé

« J’adore le pigeon voyageur ! » Ce cri du cœur est signé Fabrice Amé, colombophile à Thiville (Eure-et-Loir) et président du Messager de Châteaudun. Cette passion pour le pigeon voyageur explique sans nul doute le grand engagement de Fabrice Amé pour notre hobby. Président de sa société locale, Fabrice Amé n’hésite pas à donner de son temps pour les autres et l’organisation des concours : il est président du groupement 28 (Eure-et-Loir) et investi dans la commission sportive de sa région (Eure-et-Loir, Mayenne, Orne et Sarthe).

Fabrice Amé a également endossé une de ses responsabilités essentielles à l’organisation de la colombophilie : il est contrôleur de lâcher à Châteaudun, dans les pas de feu Jean-Paul Doucet, qui fut également son formateur. Tous les week-ends d’avril à fin août, il accueille les organisateurs et des milliers de pigeons, du Nord comme du Sud : Châteaudun est l’un des sites de lâchers les plus fréquentés de France et la disponibilité de Fabrice Amé n’ y est certainement pas étrangère.

Ancien militaire au 8e régiment de transmissions du Mont-Valérien (Suresnes), là où est hébergé le dernier colombier militaire français, Fabrice Amé est dans la vie professionnelle stratifieur composite pour la menuiserie et spécialisé dans la fibre de verre. C’est en famille, avec son fils Mathis, qu’il vit sa passion pour la colombophilie.

Christophe Beaujean

Âgé de 47 ans, Christophe Beaujean a toujours connu les pigeons : "mon père et mon grand-père étaient colombophiles,  mon frère aîné l'est toujours..." Sa première licence remonte en 1989 à la société les courriers biterrois (ex-16e Région). "En 1991 je suis remonté dans le Nord et j'ai joué dans l'Avesnois à la société les Cheminots d'Aulnoye en tandem avec mon père et ma mère. En 2001, ayant élu domicile dans le Douaisis, j'ai intégré la société de Coutiches, avant de recréer avec quelques copains la société de Flines les-Râches qui avait été fermée."

Très rapidement, Christophe Beaujean, infirmier libéral, a occupé des fonctions dirigeantes : trésorier pendant 9 ans du cercle des Internationaux de Flines-les-Râches avant d'en prendre la présidence il y a bientôt 4 ans. Il est vice-président de son association "la Plume Libre" de Flines depuis 8 ans. Il fait également partie de la commission sportive des VCDA ,une entente réunissant les groupements de Valenciennes, Cambrai, Douai et Avesnes-sur-Helpe. 

Christophe Beaujean a aussi présidé le CIF (club des internationaux français) durant 4 ans, après avoir accompagné cette organisation comme membre du conseil d'administration.

"Ces différentes fonctions m'ont permis de mieux connaître l'organisation de la colombophilie française mais également de rencontrer de très hauts dirigeants qui m'ont beaucoup enseigné", confie Christophe Beaujean : "conscient que de nombreuses réformes sont nécessaires afin d'assurer l'existence même de la colombophilie en France,  j'ai décidé d'accompagner et de m'impliquer dans cette équipe."

Arnaud Provost

 Arnaud Provost a 27 ans et vit en Charente dans un petit village, La Chevrerie.

"Je suis conducteur routier depuis presque 10 ans et depuis peu patron de mon entreprise de transport qui comporte une vingtaine de salariés", confie Arnaud.
Arnaud Provost a débuté la colombophilie à l’âge de 12 ans et s'est rapidement engagé dans la vie associative : "j’ai été président du ramier ruffécois pendant 7 ans." Il est aussi contrôleur de lâcher à Ruffec et depuis peu président de la commission sportive du Marathon Club du Grand Centre.

Vincent Depecker

A 40 ans, Vincent Depecker essaie de vivre et de partager la colombophile en famille. Colombophile depuis 24 ans, dans les Flandres (hazebrouck) puis au groupement de Lille, il a été président de l’association des internationaux de France (AIF) pendant 3 ans et trésorier de l’AIF pendant 3 ans. Vice-président et trésorier d’une association colombophile lilloise pendant 10 ans, Vincent Depecker a été lauréat du concours de meilleur jeune colombophile Nord-Pas-de-Calais, en 1998.

Directeur commercial dans la propreté dans les Hauts-de-France, Champagne et Bourgogne, Vincent Depecker aspire "à une colombophilie simplifiée, modernisée et fluide, qui allie la compétition, le bien-être de nos pigeons et du plaisir partagé en famille."

La liste

fcf2022, c'est avant tout une équipe, un travail collectif et collégial. Menée par Benoît Cailliez, elle est composée de René Bonnin, Bernard Neuviale, Marc Spalart, Bernard Bourgeois,Thierry Bazire, Yves Marula, Christophe Beaujean, Stéphane Deschutter, Hervé Briois, Vincent Depecker, Fabrice Amé, Thibaut Enguerand, Arnaud Provost.